Les annonces de la semaine

Prières et Sacrements
Prions pour nos frères et sœurs :
défunts de la semaine : Catherine AZÉ, Armand ALPHA. 

Madeleine BORDES, dont nous célébrerons les obsèques mercredi matin à 9h30

Baptisée de samedi : Sofia HIERLE

 

EXCEPTIONNELLEMENT, PAS DE MESSE, mercredi 28 février.

 

Préparation à la confirmation des adultes, lundi 26 février à 18h30 salle St Jean. L’Esprit Saint dans l’ancien testament.


 Vie fraternelle

Vendredis de Carême : 19h prière communautaire à l’église, 20h partage de pain et de bouillon.

 

Ménage de l'église : Lundi 26 février, de 14h à 18h.

 

Vie diocésaine

Pèlerinage à Lourdes, présidé par Mgr JAMES, les 13-14 avril. Vous trouverez les bulletins d’inscription au fond de l’église.

 

Semaine Sainte 2024
Messe des Rameaux du samedi et du dimanche (avec lecture de la Passion) – Messe du Jeudi Saint – Office de la Croix – Veillée Pascale - Messe de Pâques.
 
Pour préparer la Semaine Sainte, plusieurs groupes vont se constituer :
- Les lecteurs (sauf Vigile Pascale)
- Chants et animation musicale
- Rédaction des prières universelles
- Logistique (sono extérieure pour les Rameaux et Veillée Pascale Nettoyage après les Rameaux – Feu de la Veillée et sécurité – Reposoir…)
 
Qui d’entre vous sera disponible ? 
Pour quel service ? 
Pour quelle célébration ?


LES PRÉPARATIONS SE FERONT AUX DATES SUIVANTES :
- Messes des Rameaux : lundi 4 mars à 14h salle St Jean
- Jeudi Saint, veillée pascale et dimanche de Pâques : lundi 11 mars à 20h salle St Jean
- Vendredi Saint : jeudi 7 mars à 20h salle St Jean.

Le Carême à Gradignan

SOIRÉES DE CARÊME 
chaque vendredi.
19h prière communautaire à l’église, 19h30 partage de pain et de bouillon.

Et aussi 3 soirées particulières.

Vendredi 8 mars : conférence de Françoise LADOUES. La tradition des hommes
Vendredi 15 mars : conférence de Jean-Louis BALANS. Présentation des Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud.
Vendredi 22 mars : Lecture de la Passion Charles PEGUY
 
 
RENCONTRES FRATERNELLES DE CARÊME
"Soyons une Église ouverte, chaleureuse et fraternelle, accueillante et bienveillante"
Encouragée par Mgr JAMES « Je veux attirer l’attention sur l’importance des Fraternités chrétiennes de quartier » 
 
L’EAP propose de mettre en œuvre cet extrait de la vision pastorale de la paroisse.
Pendant le Carême, certains d’entre vous pourront proposer d’organiser des rencontres fraternelles : réunir 6/8 personnes, pour un repas, un café, un jeu, une balade …
D’autres vont préférer se sentir invités : à chacun de répondre à l'invitation qui lui convient le mieux.
Nous allons donc faire en sorte que les propositions des uns rejoignent les attentes des autres.
 
CONCRÈTEMENT, ceux qui souhaitent organiser une rencontre, envoient leur proposition au secrétariat avec les informations suivantes :
      Leurs nom, prénom et téléphone, adresse
      Ce qu'ils peuvent proposer (repas, café, promenade, lecture, prière...)
      La date proposée
      le nombre de personnes qu'ils peuvent accueillir ou demande de salle.
Nous communiquerons sur les différentes propositions (panneau au fond de l’église) et ceux qui souhaitent être accueillis, pourront s’inscrire.

Inscrivez-vous sur les affichettes au fond de l’église,

 
LE CCFD TERRE-SOLIDAIRE
Acteur historique de l’engagement contre la faim et pour la justice, le CCFD-Terre Solidaire soutient 525 partenaires locaux dans 72 pays. Nous œuvrons pour que chacun et chacune voie ses droits respectés :
Manger à sa faim, vivre de son travail,
    Habiter un environnement sain,
        Choisir où construire sa vie…
 
Cet engagement pour plus de justice et de solidarité prend racine dans l’Évangile et la pensée sociale de l’Église. Par notre action individuelle et collective, nous proposons et soutenons des solutions globales et de terrain. Grâce à votre don, en soutenant des projets du CCFD-Terre Solidaire, vous agissez contre la faim et pour la construction d’un monde plus juste. Les crises alimentaires se multiplient, décuplons la force de nos actions.

Ses vêtements devinrent resplendissants / Mc 9 2-10 / une homélie

« Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. »  Pierre, Jacques et Jean contemplent Jésus dans son corps de ressuscité. Quelle expérience ! Une expérience unique pour ces trois hommes. Mais est-ce une expérience jamais renouvelée sur notre terre ?
Le baptême est une expérience unique pour tout humain de rencontrer le Christ transfiguré.
Linda, Mélanie, Sarah, Alexandre, Aurélien et Philippe les six catéchumènes de Gradignan ont vécu l’étape de l’appel décisif et de l’inscription du nom, dimanche dernier à l’église du sacré Cœur de Bordeaux.
Lors du 1er dimanche de Carême, le 18 février, Mgr James a appelé publiquement par leur nom tous les catéchumènes et les a invités à répondre personnellement à cet appel en se levant parmi l’assemblée du sacré Cœur de Bordeaux. Ils sont entrés alors dans le temps de carême, soutenus par leur communauté, car c’est l’Eglise toute entière qui chemine avec eux vers Pâques à la rencontre du Christ ressuscité. Puis l’évêque a interrogé les catéchistes qui les accompagnent en posant les questions suivantes :
Ont-ils été fidèles à écouter la parole de Dieu annoncée par l’Église ? Les accompagnateurs ont répondu : Oui, ils ont été fidèles.
Ont-ils commencé à vivre dans la présence de Dieu, en gardant cette Parole ? Les accompagnateurs ont répondu ; Oui, ils ont commencé.
Ont-ils participé à la vie fraternelle et aux prières ? Les accompagnateurs : Oui, ils ont participé.
Devant Dieu, pensez-vous que ces hommes et ces femmes que vous présentez peuvent être admis aux sacrements de l’initiation chrétienne ? Les accompagnateurs : Oui, nous le pensons.
C’est tout cela la préparation au baptême des adultes, fréquenter la parole de Dieu, se mettre à l’écoute de l’Evangile et participer à la vie fraternelle et à la prière.
Ces questions nous bousculent, nous les vieux catho comme dit Msg James. Sommes-nous fidèles à écouter la parole de Dieu ? Vivons-nous en présence de Dieu ? Participons-nous à la vie fraternelle et aux prières ? Ces questions peuvent nous interroger sur notre fidélité à notre baptême.
Puis ils ont inscrit leur nom sur le registre des catéchumènes du diocèse. Alors Mgr James s’est adressé aux catéchumènes : « Chers catéchumènes, levez-vous, vous tous dont les noms sont inscrits sur ce registre Vous êtes appelés ! Vous serez initiés par les sacrements de la foi pendant la prochaine veillée pascale. »
Linda, Mélanie, Sarah, Alexandre, Aurélien et Philippe sont en route vers le baptême lors de la vigile pascale. Ils recevront ce soir là la lumière du Christ, c’est pourquoi on les appelle dans la tradition les « illuminandi », ceux qui vont vers la lumière.
Ils sont en marche vers le Christ transfiguré. Ils verront mystérieusement le Christ dans ses vêtements resplendissant. La grâce de la transfiguration se renouvelle à chaque baptême. Mystérieusement, ils entendront une voix leur dire : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »
Le rituel souligne particulièrement cet aspect du baptême par le signe du vêtement blanc. Tu es devenu(e) une création nouvelle, tu as « revêtu le Christ », c'est pourquoi tu portes ce vêtement blanc.
Mais le chemin est encore long pour arriver au jusqu’au. Ils rencontreront des embûches sur leur chemin. L’adversaire va se manifester pendant se carême pour les détourner de leur chemin. Il viendra leur susurrer des paroles fausses pour couvrir la vraie parole, celle qui ouvre à la vie.
Alors, mes amis, nous sommes tous invités à porter dans notre prière les catéchumènes pendant tout le temps du carême. Nous sommes invités à persister dans la prière tout le temps pascal jusqu’à la Pentecôte, une fois qu’ils seront devenus néophytes par leur baptême.
Avec notre soutien et avec la grâce de Dieu, ils rencontreront le Christ à la vigile pascale.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple,
à l’entrée de la maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !
Amen !
Dominique Bourgoin, diacre.

Saint Léon le Grand

 Ce qui a resplendi dans la tête fonde l’espérance de tout le corps du Christ Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean son frère à l'écart, et gravit avec eux une haute montagne où il leur manifesta l’éclat de sa gloire : car, bien qu'ils eussent compris que la majesté de Dieu était en lui, ils ignoraient cependant la puissance de ce corps qui voilait la divinité.
     Le Seigneur découvre donc sa gloire en présence de témoins choisis, et il éclaire d'une telle splendeur cette forme corporelle qui lui est commune avec tous, que son visage devient éblouissant comme le soleil et son vêtement aussi blanc que la neige. En se transfigurant de la sorte, il avait sans doute comme but principal d'ôter du cœur de ses disciples le scandale de la croix, et de faire que l'ignominie volontaire de sa mort ne pût déconcerter ceux devant qui se serait découverte l'excellence de sa dignité cachée. Mais il n'avait pas moins en vue de fonder l’espérance de la Sainte Église, de telle manière que, le corps entier du Christ ayant connu quelle transformation lui était réservée, chacun de ses membres pût se promettre de partager un jour la gloire dont la tête aurait brillé par avance...  
     Tout ébloui de joie, Pierre souhaitait demeurer avec Jésus en ce lieu où sa gloire ainsi manifestée le réjouissait. Mais le Seigneur ne répondit pas à cette proposition, voulant montrer non certes que ce désir était mauvais, mais qu'il était déplacé ; car le monde ne pouvait être sauvé sans la mort du Christ.  
     Aussi, comme il parlait encore, voici qu'une nuée lumineuse les prit sous son ombre, et voici qu'une voix disait de la nuée : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis ma complaisance ; écoutez-le. Écoutez-le, lui qui ouvre le chemin du ciel et, par le supplice de la croix, vous prépare des degrés pour monter au Royaume. Rejetez la crainte charnelle et armez-vous de la constance qu'inspire la foi. Car il ne convient pas que vous redoutiez dans la passion du Sauveur ce que, avec son secours, vous ne craindrez pas dans votre propre mort.      Bien-aimés, ces choses ne furent pas dites seulement pour l'utilité de ceux qui les entendirent de leurs oreilles ; mais, en ces trois apôtres, c'est L’Église entière qui apprit tout ce que virent leurs yeux et perçurent leurs oreilles. Que s'affermisse donc la foi de tous selon la prédication du saint Évangile, et que nul ne rougisse de la croix du Christ, par laquelle le monde a été racheté.

Si tu veux, tu peux me guérrir / Mc 1 40-45 / une homélie

Dimanche après dimanche l’Evangile de Marc nous conduit à mieux connaître Jésus, presque pas à pas. Aujourd’hui nous méditons le récit de la guérison du lépreux ; Un miracle de Jésus.
Dans ce texte il y a en réalité deux récits
1 le miracle lui-même : la guérison d’un homme atteint de la lèpre, qui retrouve un corps sain et sa place dans la société
2 Le combat incessant de Jésus pour révéler le vrai visage de Dieu.
Jésus et le lépreux n’auraient jamais dû s’approcher l’un de l’autre ; Tant que le lépreux gardera cette tache (sur son corps) il sera vraiment considéré comme impur (pécheur) .
« C’est pourquoi il habitera à l’écart, son habitation sera hors du camp » Lévitique (1ere lecture)
Certaines maladies étaient pour le peuple juif la preuve d’un péché contre Dieu et contre l’humanité. C’est assez terrifiant d’entendre une mesure d’exclusion au nom de Dieu.
L’attitude du lépreux dans l Evangile est une attitude de foi « Si tu veux, tu peux me guérir » Cet homme était en attente et il semble reconnaître en Jésus le Messie attendu
Jésus quant à lui il répond à cette attente « Je le veux sois guéri » et du même coup il dévoile le Dieu d’amour, pris aux entrailles (pas de condescendance ni seulement de la pitié) et qui non seulement guérit mais surtout purifie (terme utilisé 4x) purifier ! Se laisser ajuster à Dieu/ retrouver la configuration de notre baptême.

Jésus vient aussi de commencer son long combat contre toute exclusion Il vient de poser un acte d’extrême liberté (transgression) le lépreux en fait de même. Désormais personne ne pourra être déclaré impur ni exclu au nom de Dieu ;
C’est une bonne nouvelle pour les pauvres, les pécheurs que nous sommes. Le paradoxe c’est que cela coûtera à Jésus d’être à son tour exclu (passion- Croix)
Aujourd’hui cet Evangile nous interroge. Nos sociétés occidentales, si avancées et démocratiques soient elles engendrent de l’exclusion .Même si de-ci de-là nous sommes témoins d’actes de solidarité, d’entraide, et de bravoure, la compétition économique et sociale forcenée est souvent fatale aux faibles et au plus pauvres). Les préjugés racistes n’ont pas disparus hélas, ni les réflexes de crainte de contagion (étrangers, migrants…) et cela même parmi les baptisés Tout cela provoque des rejets à la racine de violences sociales.

Si nous voulons être comme le Dieu d’amour qui entend notre cri et être purifiés nous devons nous faire proche de tous, n éviter personne mais développer nos capacité de fraternité et d’amour. Ne soyons « obstacle pour personne » (1 Co- 1ère lecture du jour)
Pour Dieu aucune personne n’est enfermée dans son destin. Tout humain est à son image et à sa ressemblance et est appelé à devenir sa demeure. (prière d’ouverture de la célébration.) Aucune condition sociale, aucune faiblesse ne peut empêcher le « Fils bien aimé du Père » de venir jusqu’en nous, nous toucher, nous purifier, nous sauver.
L’amour de Dieu est comme une source qui se transforme en cascade et qui ruisselle sur chaque humain pour le purifier, le combler de grâce.
C’est Jésus qu’il nous faut contempler, c’est de lui qu’il nous faut remplir notre regard, de ses paroles et de ses gestes qu’il faut tapisser notre esprit, le lieu où se forment nos pensées et se décident nous actes. Que sa grâce nous rétablisse sans cesse dans son amour et l’amour des uns et des autres.
L’eucharistie qui nous rassemble est un rite de guérison :
« Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir. Mais dit seulement une Parole et je serai guéri. »
Amen

Robert Zimmermann
Diacre

Qui est cet homme ? / Mc1 21-28 / une homélie


 Jésus après son baptême par Jean-Baptiste, son séjour de quarante jours au désert où il a été tenté est retourné en Galilée où il a choisi ses disciples au bord du lac. C’est avec eux, qu’un jour de sabbat, il est entré dans la synagogue de Capharnaüm au bord du lac de Tibériade.). La présence de Jésus dans cette synagogue un jour sabbat, est un événement normal... Et c’est là que, pour la première fois il prend la parole en public. L’évangéliste Marc ne nous dit rien du contenu de l’enseignement de Jésus . Saint Marc ne retient qu’une chose générale, mais qui en dit long :

« Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité et en plus il commande aux esprits impurs et ils lui obéissent » !

Jésus n’enseigne pas comme les scribes. L’auditoire habitué au culte du sabbat (comme nous à la messe du dimanche) écoute le discours des scribes qui parlent avec l’autorité de leur fonction et de leur connaissance des Ecritures. Mais à force leur enseignement est sans effet. Nous-même aujourd’hui ne sommes-nous pas pris par la routine au point que, parfois, nous ne percevons plus la puissance du message ?
L’autorité de Jésus vient du Père « Je mettrai dans sa bouche mes paroles » Jésus est lui-même Parole de Dieu, devenue Parole vivante. Devant l’autorité et la radicalité de sa parole et aussi de ses actes les témoins s’interrogent : « Qu’est-ce que cela veut dire ? » « Qui est donc cet homme ? »
Curieusement, le premier à répondre à cette question essentielle n’est pas un disciple mais « Un humain avec un esprit impur » – impur, mais lucide. Il ne se trompe pas quand il dit : « Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu ! » Il a de même parfaitement compris en quoi consistait la mission de Jésus : « Es-tu venu pour nous perdre ? » (L’esprit impur saisit ce pour quoi Jésus est venu : pour le déloger de l’homme et le réduire à néant et par-là même libérer l’humanité.)
Tout au long de l’histoire sainte lorsque la Verbe de Dieu se manifeste, en même temps se lèvent les esprits impurs qui peuvent soumettre tout humain (démons pas utilisé ici).
On a imaginé parfois que ces esprits impurs étaient des anges déchus
Il nous faut chasser de nos mémoires ces images d’Epinal. Celles de personnages maléfiques hideux avec une queue fourchue et parfois un trident. Les anges de Dieu sont des messagers ; une Parole qui vient annoncer à nos corps une Bonne Nouvelle ; Les esprits impurs qui peuvent habiter tout humain sont quant eux adversaires de la Parole *, anti-parole ? porteuse de mensonges, de fausses nouvelles, Ce sont des esprits trompeurs qui sèment la confusion, la division (diabolos) Ils veulent nous empêcher d’entendre et de croire. Ils sont force de résistance à l’amour - complotisme, déclinisme, racisme, pessimisme ; égocentrisme. Cela peut nous concerner chacun ; « Ils sont légion »
Il est parfois délicat de les distinguer, de les, discerner
L’Eglise nous donne d’entendre dans le deutéronome une grille de discernement ; et dans cette liste il ne s’agit pas de choisir mais de la pendre comme un tout.
Le vrai prophète ‘ (1ère lecture du jour) est choisi par Dieu et par nul autre. Il est pris parmi les croyants. Il transmet fidèlement le message, ne dispense pas sa propre parole. L’écouter est vital car il nous conduit du côté de la Vie et de l’Amour.
Sa Parole est radicale et peut nous bousculer, nous perturber. C’est un indice important cette radicalité. Méfions-nous des paroles trop lisses qui nous porteraient à bien cultiver nos vieilles habitudes, auxquelles nous tenons tant.
St Paul est une illustration de cette radicalité dans l’extrait de la lettre aux Corinthiens concernant le célibat Ses paroles ont peut-être fait monter en vous l’image de ce Paul « affreux misogyne ». Mais en sortant une parole de son contexte on risque de se tromper. Paul ne fait pas l’éloge du célibat contre le mariage. Personne n’est exclu de l’amour de Dieu. Or pour le peuple juif, le célibat est méprisé, considéré comme suspect et porteur de tant de maux. Le souci de Paul c’est avant tout un attachement total au Christ. Il est vain d’apporter trop d’importance à l’état des personnes marié, célibataire ,juif ou païen, esclave ou homme libre. C’est l’attachement sans condition au Verbe fait chair qui prime. Le discours de Paul remet les « non-mariés » au même niveau que les personnes mariées.

Jésus a combattu les esprits impurs jusqu’à mourir sur la Croix . Par l’autorité de son Père et le don de l’ Esprit, par sa résurrection il nous a donné de vaincre les forces du mal : soyons vigilants, ne nous trompons pas en écoutant nos propres penchants, les esprits impurs qui nous détacheraient du Christ
« Prosternons-nous devant le seul Dieu.
Ne fermons pas notre coeur mais écoutons la Parole qui vient du Seigneur »
Amen
Robert Zimmermann
diacre